Recherches et projets

Abondance et diversité des pollinisateurs sur les toits verts

Les pollinisateurs jouent un rôle essentiel dans le fonctionnement des différents écosystèmes urbains par leur influence sur la reproduction des plantes à fleurs. Les toits verts pourraient jouer un rôle de refuge de biodiversité entomologique ou comme partie d’un réseau écologique plus large. Cette étude vise à identifier les caractéristiques des toits qui favorisent la présence des pollinisateurs sur les toits afin d’orienter les projets d’aménagements des toits verts en ce sens.

Si l’abondance et la diversité des pollinisateurs diminuent généralement avec le niveau d’urbanisation, les communautés de pollinisateurs observées dans différents espaces verts urbains (parcs, jardins résidentiels, cimetières.) semblent néanmoins présenter une forte diversité en espèces. De fait, certaines espèces comme celles qui font leur nid dans des cavités seraient favorisées par le niveau d’urbanisation alors que d’autres comme celles qui font leur nid dans le sol seraient défavorisées.

Par ailleurs, les toits verts constituent des milieux spécifiques car ils sont exposés au soleil et au vent ainsi qu’à des extrêmes de sécheresse et de forts débits en eau. Certains toits verts présentent d’ailleurs une biodiversité d’invertébrés d’intérêt notamment des espèces rares d’araignées, de coléoptères et d’hyménoptères. La diversité des espèces serait fonction de plusieurs facteurs notamment la composition et la couverture végétale, l’épaisseur de substrat, la présence de structures permettant la nidification (arbres, terriers préexistants,…) ; les habitats voisins etc. Certains toits verts ont même été conçus en prenant ces facteurs en considération afin de favoriser une plus grande biodiversité d’insectes.
Or les toits verts font partie des infrastructures vertes dont l’implantation à grande échelle est envisagée afin de réduire les impacts de l’urbanisation et des changements climatiques au Québec. Des études laissent entrevoir que ces derniers pourraient jouer un rôle de refuge de biodiversité entomologique ou comme partie d’un réseau écologique plus large. Pour ce faire, il est donc important de comprendre les éléments qui favorisent une plus grande biodiversité des insectes sur les toits verts, notamment des pollinisateurs, afin de concevoir les futurs toits verts en conséquence. L’objectif de cette étude est ainsi d’identifier les caractéristiques des toits qui favorisent la présence des pollinisateurs sur les toits. Cette connaissance fournira des informations essentielles permettant d’orienter les projets d’aménagements des toits verts.
Ce projet est réalisé grâce à une subvention de démarrage octroyé par le Centre de la science de la biodiversité du Québec et s'inscrit dans les objectifs du Groupe de travail sur les déterminants et la gestion de la biodversité urbaine.

Équipe

 

  • Direction scientifique
    • Valérie Fournier, Professeure d'entomologie au département de phytologie, Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation, Université Laval
  • CoChercheur(e)
    • Danielle Dagenais, Chercheure associée CPEUM et professeure agrégée, École d'Architecture de Paysage de l'Université de Montréal
  • Agente de Recherche
    • Nathalie Roullé, Doctorante, Département des sciences biologiques, UQAM


Partenaires de ce projet